Emplois, stages, thèses et post-doctorats

Les annonces pour des offres ou demandes d'emplois de ce site sont gratuites et sont limitées au domaine de la corrosion ou de l'anticorrosion.

Le texte à paraître ne doit pas dépasser 60 mots. Le CEFRACOR se réserve le droit de publier ou non les propositions d'annonces.

Pour les offres , veuillez donner au CEFRACOR, le nom et les références des personnes à contacter. Ces informations ne seront publiées que si vous le souhaitez.

Proposer une offre

Pour les demandes, veuillez envoyer au CEFRACOR, par voie électronique, une lettre de motivation et un CV.

Envoyer mon CV et ma lettre de motivation
  • OFFRE DE POST DOCTORAT
    Durée : 2 ans

    CIRIMAT, École Nationale Supérieure des Ingénieurs en Arts Chimiques et Technologiques, UMR CNRS 5086 et LaSIE, La Rochelle Université, UMR CNRS 7356 proposent un Post doctorat. Début : Mars 2021.

    De nombreux secteurs de l’industrie sont régulièrement à la recherche de moyens permettant d’augmenter les durées de vie des structures sous chargements alternés. L’une des orientations privilégiées est le durcissement structural associé à la distribution plus ou moins homogène de précipités durcissants. Si cette démarche a déjà démontré son intérêt, elle soulève néanmoins de nombreux questionnements sur la possible implication de l’environnement dans les processus d’endommagement de telles microstructures (corrosion sous contrainte, fatigue-corrosion…). Dans ce cadre, l’hydrogène est un vecteur d’endommagement bien connu mais dont le rôle sur la localisation du glissement suite au cisaillement des précipités reste cependant à préciser. Cette réflexion sur la fragilisation par l’hydrogène (FPH), à forte connotation fondamentale, touche de nombreux secteurs industriels (nucléaire, pétrolier, gaz, automobile, aéronautique, maritime, portuaire …) mais elle fait aussi partie intégrante des choix énergétiques futurs (transport et stockage d’hydrogène). Dans ce contexte, le projet SHLyCC (Slip Localization - Hydrogen - Cyclic Crack), supporté par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), a pour objet de caractériser d’une part l’interaction de l’hydrogène avec un état de précipitation donné dans un alliage à durcissement structural et d’autre part d’étudier la conséquence de cette interaction sur les processus de localisation de la plasticité, d’amorçage et de propagation de l’endommagement sous chargement cyclique en vue d’améliorer la durée de vie des matériaux. L’objectif du post doctorat est de proposer une approche multi-échelle de l’interaction hydrogène plasticité. Dans ce cadre, il s’agira, dans un premier temps, de caractériser la solubilité et la mobilité de l’hydrogène introduit par voie cathodique dans l’alliage selon son état métallurgique et ce, par tout un panel de techniques expérimentales de mesure, de caractérisation et d’observation (catharométrie, TDS (Thermal Desorption Spectroscopie), perméation électrochimique, MET, analyses en DSC (Differential Scanning Calorimetry) …). Par la suite, la distribution de l’hydrogène à différentes échelles structurales sera caractérisée par le biais de calculs diffusionnels dont les résultats seront confrontés à ceux obtenus par diverses techniques : spectrométrie de masse d'ions secondaires (SIMS), suivi de potentiel Volta (mode Kelvin (KFM) d’un microscope à force atomique (AFM)), mesures électrochimiques locales (SECM), microscopie haute résolution (HRTEM) et l’usage de grands instruments (neutron, diffraction, …). Une fois ces étapes passées, l’impact de l’hydrogène sur le comportement mécanique macroscopique sous sollicitation monotone des différents états de précipitation sera évalué. Des essais de traction à l’air seront réalisés afin d’estimer la sensibilité à la FPH de chacun des états métallurgiques en fonction de la teneur en hydrogène introduite. Une analyse fine des faciès de rupture par MEB-FEG permettra de caractériser les mécanismes de rupture mis en jeu et le rôle de l’hydrogène dans ceux-ci. En parallèle, des essais interrompus seront réalisés afin d’observer les microstructures de déformation en MET et en AFM et de faire le lien avec des grandeurs macroscopiques. Il est à souligner que la même démarche sera conduite sous flux d’hydrogène avec un montage de perméation sous contrainte.

    Profil recherché : La personne recrutée devra posséder de solides connaissances dans le domaine des matériaux métalliques et particulièrement de leurs microstructures. Une expérience dans le domaine de la fragilisation par l’hydrogène et/ou de la fatigue est requise. Des connaissances et une expérience, même basiques, sur les phénomènes de plasticité et sur l’un au moins des appareils ou techniques expérimentales cités seront un plus. Elle devra ainsi avoir un goût prononcé pour l’expérimentation et le travail en équipe. Informations complémentaires : Durée : 2 ans. Lieux de l’étude : 1ère année : Laboratoires CIRIMAT/ENSIACET- INP Toulouse. 2ème année ; LaSIE - Université de La Rochelle.

    Les candidatures (CV + lettre de motivation) sont à adresser à Christine Blanc – 05 34 32 34 07 – christine.blanc@ensiacet.fr ET Grégory Odemer – 05 34 32 34 38 – gregory.odemer@ensiacet.f

  • STAGE INGÉNIEUR FIN D'ÉTUDES / MASTER 2
    POSTE A POURVOIR LE 1er MARS 2020

    Le CIRIMAT / UMR CNRS 5085 (INPT-ENSIACET Toulouse) et la société FRAMATOME recherchent un(e) candidat(e) pour un stage d'ingénieur fin d'études / Master 2.

    Sujet du stage : Caractérisation fine de la peau interne des tubes de générateur de vapeur en inconel 690.

    Le relâchement des produits de corrosion, notamment du nickel 58, des tubes de Générateur de Vapeur (GV) des Réacteurs à Eau sous Pression (REP) est responsable d’une partie importante de la contamination du circuit primaire et des circuits auxiliaires. En effet, lors du passage dans le coeur du réacteur en fonctionnement, le nickel 58 (58Ni) relâché des tubes en alliage base nickel (Inconel 690) est activé sous flux neutronique en cobalt 58 (58Co) qui se redépose ensuite sur la surface des circuits. Cette contamination en 58Co a des conséquences importantes sur l’exploitation des tranches. Afin de réduire ce Terme Source en 58Co, il est essentiel de bien comprendre et de maîtriser le phénomène de relâchement des tubes de GV.

    Ce stage s’inscrit pour la société Framatome dans la démarche de maîtrise du terme source en produits de corrosion, via le phénomène de relâchement, afin de limiter la contamination volumique et surfacique du circuit primaire.


    L’étude proposée a pour objectif d’analyser l’effet de l’état de surface interne des tubes de GV sur le relâchement. La démarche expérimentale qui sera mise en oeuvre consistera en une caractérisation fine de l’état de surface interne du tube à l’aide d’un profilomètre optique 3D combinant le mode microscope confocal, interférométrique et à variation de focus et d’un microscope optique 3D afin d’appréhender la surface réelle de plusieurs tubes de GV. En effet, par le passé, les mesures de la rugosité via le paramètre Ra (obtenu avec des profilomètres optiques) n’ont pas permis de différencier significativement les tubes entre eux, alors qu’ au microscope électronique à balayage (MEB), les tubes apparaissent parfois très différents.


    Cette démarche qui comprend deux étapes permettra d’une part, de mettre en évidence les paramètres adéquats pour quantifier l’état de surface, et d’autre part, de relier ces paramètres géométriques à la microstructure ou aux hétérogénéités chimiques à l’aide du MEB.


    Cette étude sera réalisée dans le cadre d’un CDD, d’une durée de 6 mois (1er mars 2021 – 31 août 2021). Elle pourra se poursuivre potentiellement par une thèse. Les travaux relatifs à cette étude seront réalisés dans les locaux du CIRIMAT, sous la direction de Mme Lydia Laffont, et co-encadrés par Mme Christine Blanc, dans le cadre d’une collaboration avec l’équipe « chimie » de la société Framatome.


    Profil du (de la) candidat(e) : le(la) candidat(e) devra posséder de solides connaissances en Sciences des Matériaux. Des compétences sur les méthodes d’analyse de surface et en métallurgie constituent aussi un prérequis. La personne recrutée devra également apprécier l’expérimentation et le travail en équipe.
    Lieu : CIRIMAT, Laboratoire situé au sein de l’ENSIACET/INPT à Toulouse.

    CV et Lettre de motivation sont à adresser avant le 23 novembre 2020 à :

    Lydia LAFFONT - Tél. : 05 34 32 34 37 ; lydia.laffont@ensiacet.fr

    Christine BLANC - Tél. : 05 34 32 34 07 ; christine.blanc@ensiacet.fr

     

     

  • STAGE INGÉNIEUR FIN D'ÉTUDES / MASTER 2
    POSTE A POURVOIR LE 1er MARS 2020

    Le CIRIMAT / UMR CNRS 5085 (INPT-ENSIACET Toulouse) et la société FRAMATOME recherchent un(e) candidat(e) pour un stage d'ingénieur fin d'études / Master 2.

    Sujet du stage : Caractérisation fine de la peau interne des tubes de générateur de vapeur en inconel 690.

    Le relâchement des produits de corrosion, notamment du nickel 58, des tubes de Générateur de Vapeur (GV) des Réacteurs à Eau sous Pression (REP) est responsable d’une partie importante de la contamination du circuit primaire et des circuits auxiliaires. En effet, lors du passage dans le coeur du réacteur en fonctionnement, le nickel 58 (58Ni) relâché des tubes en alliage base nickel (Inconel 690) est activé sous flux neutronique en cobalt 58 (58Co) qui se redépose ensuite sur la surface des circuits. Cette contamination en 58Co a des conséquences importantes sur l’exploitation des tranches. Afin de réduire ce Terme Source en 58Co, il est essentiel de bien comprendre et de maîtriser le phénomène de relâchement des tubes de GV.

    Ce stage s’inscrit pour la société Framatome dans la démarche de maîtrise du terme source en produits de corrosion, via le phénomène de relâchement, afin de limiter la contamination volumique et surfacique du circuit primaire.


    L’étude proposée a pour objectif d’analyser l’effet de l’état de surface interne des tubes de GV sur le relâchement. La démarche expérimentale qui sera mise en oeuvre consistera en une caractérisation fine de l’état de surface interne du tube à l’aide d’un profilomètre optique 3D combinant le mode microscope confocal, interférométrique et à variation de focus et d’un microscope optique 3D afin d’appréhender la surface réelle de plusieurs tubes de GV. En effet, par le passé, les mesures de la rugosité via le paramètre Ra (obtenu avec des profilomètres optiques) n’ont pas permis de différencier significativement les tubes entre eux, alors qu’ au microscope électronique à balayage (MEB), les tubes apparaissent parfois très différents.


    Cette démarche qui comprend deux étapes permettra d’une part, de mettre en évidence les paramètres adéquats pour quantifier l’état de surface, et d’autre part, de relier ces paramètres géométriques à la microstructure ou aux hétérogénéités chimiques à l’aide du MEB.


    Cette étude sera réalisée dans le cadre d’un CDD, d’une durée de 6 mois (1er mars 2021 – 31 août 2021). Elle pourra se poursuivre potentiellement par une thèse. Les travaux relatifs à cette étude seront réalisés dans les locaux du CIRIMAT, sous la direction de Mme Lydia Laffont, et co-encadrés par Mme Christine Blanc, dans le cadre d’une collaboration avec l’équipe « chimie » de la société Framatome.


    Profil du (de la) candidat(e) : le(la) candidat(e) devra posséder de solides connaissances en Sciences des Matériaux. Des compétences sur les méthodes d’analyse de surface et en métallurgie constituent aussi un prérequis. La personne recrutée devra également apprécier l’expérimentation et le travail en équipe.
    Lieu : CIRIMAT, Laboratoire situé au sein de l’ENSIACET/INPT à Toulouse.

    CV et Lettre de motivation sont à adresser avant le 23 novembre 2020 à :

    Lydia LAFFONT - Tél. : 05 34 32 34 37 ; lydia.laffont@ensiacet.fr

    Christine BLANC - Tél. : 05 34 32 34 07 ; christine.blanc@ensiacet.fr

     

     

Pages

Proposer une offre

Les fichiers doivent peser moins de 2 Mo.
Extensions autorisées : gif jpg jpeg png pdf doc docx xls xlsx.

Envoyer mon CV et ma lettre de motivation

Les fichiers doivent peser moins de 2 Mo.
Extensions autorisées : gif jpg jpeg png pdf doc docx xls xlsx.
Les fichiers doivent peser moins de 2 Mo.
Extensions autorisées : gif jpg jpeg png pdf doc docx xls xlsx.

Êtes-vous membre du CEFRACOR ?