Emplois, stages, thèses et post-doctorats

Les annonces pour des offres ou demandes d'emplois de ce site sont gratuites et sont limitées au domaine de la corrosion ou de l'anticorrosion.

Le texte à paraître ne doit pas dépasser 60 mots. Le CEFRACOR se réserve le droit de publier ou non les propositions d'annonces.

Pour les offres , veuillez donner au CEFRACOR, le nom et les références des personnes à contacter. Ces informations ne seront publiées que si vous le souhaitez.

Proposer une offre

Pour les demandes, veuillez envoyer au CEFRACOR, par voie électronique, une lettre de motivation et un CV.

Envoyer mon CV et ma lettre de motivation
  • INGÉNIEUR CORROSION (H/F)
    Contrat à Durée Indéterminée

    Dans le cadre de son développement, le pôle Matériaux Métalliques et Surfaces du  CETIM recherche un ingénieur/docteur en corrosion pour porter des projets de caractérisation, analyse de défaillance et/ou proposer des solutions de protection, de revêtement ou de monitoring des matériaux métalliques ou de leur surface.

    Le candidat devra prendre en charge l’analyse de défaillance de sujets complexes et proposer des solutions et préconisations pour l’ensemble des secteurs industriels (aéronautique, automobile, agroalimentaire, oil & gas, nucléaire…). Il participera au développement expérimental de bancs d’essais spécifiques ainsi qu’à la modélisation des mécanismes de corrosion rencontrés par les industriels. Il restera en veille et à l’écoute des clients pour être force de proposition sur les compétences scientifiques et techniques à développer.

    En partenariat avec d’autres pôles, notamment avec le pôle Monitoring Contrôle Objets connectés du Cetim, des partenaires industriels et académiques, le candidat pilotera des projets de R&D sur des techniques avancées de monitoring de la corrosion. Dans le cadre de ces projets, le candidat apportera son expertise dans le domaine de la compréhension des mécanismes de la corrosion afin d’orienter et de sélectionner des techniques de monitoring adaptées (électriques, électrochimiques, issues des Contrôles Non Destructifs…) afin de répondre au mieux aux spécifications industrielles et environnementales (retrouvez l’exemple du projet SCCoDRa sur Youtube). Pour les clients industriels du CETIM, le candidat élaborera et animera des programmes de formation « à la carte » dans les domaines de la corrosion, de l’anti-corrosion et du monitoring.

    En parallèle de son activité, le candidat sera amené à encadrer des stagiaires ou doctorants dans le cadre d’études de corrosion en particulier dans le domaine de la fabrication additive.

    De formation ingénieur et ou docteur, le candidat devra justifier d’une expérience professionnelle d’au minimum 3 années. Issu de l’industrie et ou de la R&D appliquée, le candidat aura déjà piloté des projets scientifiques et technologiques dans le domaine de la corrosion.


    En complément de l’expertise technique attendue, le candidat aura de bonnes capacités relationnelles et de management transverse afin de pouvoir porter des projets de grande envergure (multipôles, pilotage des sous-traitances externes, relations avec les universitaires).


    Le candidat devra disposer d’une aisance rédactionnelle et oratoire bilingue (français / anglais) et bénéficier d’une forte aptitude à travailler en équipe.

    CV et Lettre de motivation sont à envoyer à : recrutement@cetim.fr

     

  • Etude de la sensibilité à la fragilisation par l’hydrogène de métal déposé en Alliage 82
    Stage

    Dans les réacteurs nucléaires électrogènes de type REP (Réacteurs à Eau Pressurisés), l’intégrité des composants mécaniques du circuit primaire, sous pression, doit être assurée, et la démonstration doit en être justifiée, en toute circonstance de fonctionnement. Ces démonstrations utilisent en particulier les concepts et outils de la mécanique de la rupture. Certains équipements comportent dans leur enceinte sous pression, des composants en alliage à base Nickel (métaux de base et métaux déposés des soudures) qui ont un comportement ductile, et dont la résistance à la déchirure doit être caractérisée. Ces caractérisations sont usuellement faites par des essais de résistance à la déchirure réalisés aux températures de fonctionnement (vers 320°C), dans l’air. Néanmoins, la littérature rapporte que la résistance à la déchirure à basse température (inférieure à 100°C) de ces zones soudées pourrait être abaissée par une exposition au milieu « eau primaire REP ». Le mécanisme de « fragilisation » suspecté pourrait être associé à la présence d’hydrogène.

     

    L’étude proposée a pour objectif d’analyser la sensibilité à la fragilisation par l’hydrogène de l’alliage 82, sous forme de métal déposé. La démarche expérimentale qui sera mise en œuvre consistera à combiner des essais mécaniques réalisés en autoclave, ou à l’air, après exposition des éprouvettes au milieu REP simulé, à une étude par microscopie à force atomique en mode KFM d’échantillons modèles préalablement chargés en hydrogène. Cette démarche qui comprend deux étapes permettra d’une part, de mettre en évidence la fragilisation des matériaux dans le milieu d’étude, et d’autre part, d’analyser les processus élémentaires de diffusion et piégeage de l’hydrogène.

     

    Cette étude sera réalisée dans le cadre d’un CDD, d’une durée de 6 mois (1er mars 2020 – 31 août 2020). Elle correspond à une analyse de faisabilité, la collaboration devant se poursuivre par une thèse dont le démarrage est prévu à l’automne 2020. Les travaux relatifs à cette étude seront réalisés dans les locaux du CIRIMAT, sous la direction de Christine Blanc, et co-encadrés par Lydia Laffont, dans le cadre d’une collaboration avec Framatome (Pierre Joly).

     

     

    Début du CDD : 01 mars 2020

    Profil du (de la) candidat(e) : le(la) candidat(e) devra posséder de solides connaissances dans le domaine des matériaux métalliques. Des compétences pour ce qui concerne les problématiques de durabilité de ces matériaux constituent aussi un prérequis. La personne recrutée devra également apprécier l’expérimentation et le travail en équipe.

    Lieu : CIRIMAT, laboratoire situé au sein de l’ENSIACET/INPT  à Toulouse.

    Salaire : 1523 € brut / mois

     

    Les candidatures (CV + lettre de motivation) sont à adresser avant le 6 décembre 2019


     

     

    Christine Blanc – 05 34 32 34 07 – christine.blanc@ensiacet.fr

    Lydia Laffont – 05 34 32 34 37 – lydia.laffont@ensiacet.fr

    Pierre Joly - pierre.joly@framatome.com

  • Ingénieur/Électrochimiste en Corrosion des Matériaux
    CDD 18 mois

    Au sein du Département de Physico-Chimie du CEA-Saclay, le Laboratoire de Corrosion Aqueuse (LECA) est en charge d’étudier et de modéliser les phénomènes de corrosion dans les milieux aqueux (haute température et haute pression, environnement aqueux naturels ou synthétiques).


    Le poste proposé a pour cadre principal l'étude des processus de corrosion intervenant à l’interface entre des déchets de magnésium (issus de la filière Uranium Naturel Graphite Gaz) et leur matrice de blocage (géopolymère) dans un colis de stockage. Cette étude vise à répondre aux besoins d’études exprimés par l’Andra, dans le cadre d’un Programme d’Investissement d’Avenir (projet DECIMAL (https://www.andra.fr/sites/default/files/2019-03/Fiche%20projet%20DECIMAL%20VF-FR.pdf) qui rassemble plusieurs partenaires : CEA, ICSM, INSA-Rennes, Chimie Paristech, Orano.


    Afin de décrire les phénomènes de corrosion des alliages de magnésium et réaliser des prévisions (vitesses de corrosion, dégagement gazeux, etc.), il s’agit de réaliser des expériences de corrosion couplées à un suivi par des méthodes électrochimiques, de caractériser les matériaux et de proposer des mécanismes réactionnels.  En relation avec les ingénieurs et les techniciens impliqués dans le projet (dans ou en dehors du laboratoire), il s’agira de : - réaliser le suivi corrosimétrique de plusieurs échantillons dans des milieux représentatifs, - utiliser et développer des moyens d’essais spécifiques (suivis électrochimiques), - utiliser des techniques de caractérisation et d’analyse fines (MEB, Raman, XPS), - proposer des mécanismes décrivant les étapes réactionnelles de la corrosion, - rédiger des notes techniques et communiquer sur les résultats (réunions d’avancement, conférences, articles).


    Pour ce CDD, il est recherché un candidat titulaire d’un doctorat dans le domaine de la corrosion des matériaux avec une expérience dans le domaine des mesures électrochimiques. Autonomie, sens de l’organisation, capacité à rendre compte et esprit d’équipe sont requis.
     

    Contact : Marion LE FLEM (DPC/SCCME/LECA) ; marion.leflem@cea.fr -  Tél. : 01 69 08 16 19

     

     

Pages

Proposer une offre

Les fichiers doivent peser moins de 2 Mo.
Extensions autorisées : gif jpg jpeg png pdf doc docx xls xlsx.

Envoyer mon CV et ma lettre de motivation

Les fichiers doivent peser moins de 2 Mo.
Extensions autorisées : gif jpg jpeg png pdf doc docx xls xlsx.
Les fichiers doivent peser moins de 2 Mo.
Extensions autorisées : gif jpg jpeg png pdf doc docx xls xlsx.

Êtes-vous membre du CEFRACOR ?